Le ballon gastrique pour maigrir

La pose d'un ballon gastrique est un procédé qui se différencie des méthode chirurgicales car il ne demande aucun intervention lourde. C'est un moyen efficace pour perdre du poids grâce à une sensation de satiété provoquée mécaniquement, par le ballon présent dans l'estomac. Grâce à ses effets, il permet d'ouvrir le traitement sur une rééducation des comportements alimentaires et un rééquilibrage de la diète.

Le ballon gastrique, pour qui ?

Le ballon gastrique ne peut pas être envisagé pour n'importe quelle personne. Il concerne seulement celles qui présentent un IMC entre 30 et 40, bien qu'il existe une exception pour le ballon gastrique ORBERA qui est autorisé pour un IMC de 27. Les patients doivent également présenter des symptômes liés à l'obésité, comme le diabète et l'hypertension.

Le ballon gastrique n'est donc pas un outil pour maigrir à des fins esthétiques mais bien pour soigner une obésité qui comporte des risques pour la santé. De plus, le ballon gastrique ne peut être posé que pour une période de 6 mois maximum.

Quelles sont les contre-indications ?

La pose du ballon gastrique est également limité par certaines conditions pathologiques. Par exemple, un patient qui possède des antécédents de chirurgie du tube digestif n'est pas un bon candidat pour cette méthode d'amaigrissement. Une personne qui souffre de maladies inflammatoires ou hémorragiques du tube digestif ne peut pas non plus y avoir recours. Dans le même ordre, le suivi d'un traitement par aspirine ou corticoïde est une condition défavorable pour la pose du ballon gastrique. Evidemment, une femme enceinte n'est pas non plus une bonne candidate.

Sonia Dubois

Il faut également savoir que le ballon gastrique est posé en adéquation avec l'application de consignes diététiques et un suivi médicale. Un patient qui refuse ce suivi et ces consignes se verra refuser le ballon gastrique.

Quels sont les risques de l'opération ?

La pose d'un ballon gastrique reste une opération assez bénigne, loin des risques encourus lors de grosses chirurgies. Néanmoins, il existe un risque d'occlusion intestinale si le ballon se dégonfle de lui-même et bouche les voies gastriques. Il existe également un risque que le patient ressente des nausées, subisse des vomissements mais aussi des hémorragies intestinales ou des ulcérations de l'estomac. A noter que le ballon gastrique est contre-indiqué si le patient se trouve à une altitude supérieure à 660 mètres, pour des problèmes de pression.

Deux types de ballons gastriques

Le ballon gastrique existe en deux types principaux fabriqués par des laboratoires différents. Le premier est le ballon Orbera qui est conçu par Allergan. C'est un ballon fabriqué avec du silicone et qui peut recevoir du sérum physiologique pour gonfler. Ce sérum est généralement bleu, ce qui permet de contrôler si le ballon s'est dégonflé grâce à la coloration des urines. Le deuxième, c'est le ballon Héliosphere, de fabrication française. Il est constitué de polymère et de silicone et se gonfle grâce à de l'air.

Le processus de pose du ballon gastrique

La pose du ballon se déroule en plusieurs étapes.

L'examen

Avant de pouvoir prétendre à la pose du ballon, le patient doit voir plusieurs spécialistes qui s'assureront que cette méthode est celle qui lui convient. Il verra donc un nutritionniste, un psychiatre, un gastro-entérologue et un anesthésiste.

La pose

L'opération se déroule en moins d'une demi-heure. Le gastro-entérologue dépose le ballon dans l'estomac, par endoscopie, en passant par l'œsophage. Une fois que le ballon est bien positionné, le spécialiste le remplit avec de l'air ou un sérum physiologique. Puis, il retire le tube de remplissage et le ballon devient autonome. Il flotte dans l'estomac. Le patient reste alors quelques heures en observation et peut sortir de l'hôpital si tout va bien.

Le suivi

Après l'opération, le patient doit se soumettre à un suivi régulier de la part de plusieurs spécialistes. Il doit donc voir un nutritionniste toutes les semaines, puis tous les 15 jours, afin de mettre en place une alimentation qui correspond à ses objectifs. C'est aussi l'occasion de pratiquer une rééducation des habitudes alimentaires. Le patient doit aussi s'astreindre à des consultations régulières avec un psychiatre et un gastro-entérologue.

Le retrait du ballon-gastrique

Après 6 mois de traitement, le ballon est retiré dans un processus similaire à l'opération de pose. L'intervention est rapide et ne provoque, normalement, aucun désagrément. Evidemment, cela ne s'arrête pas là. Le patient doit continuer ses rendez-vous avez un nutritionniste afin de poursuivre la rééducation de ses habitudes alimentaires. Ces habitudes devront être conservées et consolidées afin de conserver le nouveau poids acquis grâce au ballon. Il est même possible de continuer à perdre du poids grâce à une alimentation adaptée.

Quelle est l'efficacité du ballon-gastrique ?

Bien que la pose du ballon possède l'avantage d'être moins lourde qu'une chirurgie, les résultats de cette méthode sont moins intéressants, selon les études. En effet, les patients, une fois que le ballon a été enlevé, ont tendance à reprendre leurs anciennes habitudes et à trop manger. Ceux qui n'arrivent pas à suivre la nouvelle alimentation conseillée par le nutritionniste reprennent donc les kilos qu'ils avaient perdus.