La chirurgie de l’obésité

L’obésité est une pathologie grave qui peut engendrer de sérieux problèmes de santé, surtout si l'obésité est massive. Une personne obèse peut subir des conséquences comme le diabète ou l'hypertension qui menacent sa vie à long terme.
Recourir à la chirurgie pour soigner l’obésité peut être un moyen efficace pour réduire significativement le poids et diminuer les risques de maladies liées à l’obésité. Pourtant, se faire opérer reste une décision importante à laquelle il faut bien réfléchir, et avant laquelle il faut rechercher des informations afin d'avoir pleine connaissance des risques et des possibilités de succès. La décision doit se faire de façon pleinement consciente avec la compréhension que l'intervention demandera un suivi pour la vie.

Les techniques chirurgicales

Il existe plusieurs techniques de chirurgie bariatrique mais chacune a, comme point commun, de modifier l'anatomie du système digestif par un moyen ou un autre. Cette modification a pour objectif de réduire mécaniquement la quantité d'aliments ingurgités par le patient ou de diminuer la faculté d'assimilation des nutriments par l'organisme. Dans ces deux cas, le nombre de calories apportées à l'organisme diminue et le corps doit alors puiser dans ses réserves adipeuses afin de continuer à fonctionner.

Les deux types de techniques peuvent être séparés en deux groupes : les techniques restrictives pures et les techniques mixtes restrictives et malabsorptives.

Le premier groupe réunit les techniques qui diminuent la taille de l'estomac :

Le deuxième groupe réunit les techniques qui diminuent la taille de l'estomac et réduisent également l'assimilation des nutriments par l'organisme grâce à une dérivation qui conduit les aliments directement à l'intestin grêle où ceux-ci seront moins absorbés que s'ils avaient suivi le transit habituel. Il s'agit des techniques suivantes :

Les conditions à remplir pour obtenir une intervention

Ces types d'opérations ne concernent que les personnes qui remplissent certaines conditions. Celles-ci doivent souffrir d'une obésité dite massive ou sévère. C'est à dire que leur Index de Masse Corporelle (IMC) doit se situer au-dessus de 35 à 40kg/m². De plus, ces personnes doivent souffrir d'une complication liée à leur obésité et que l'opération pourrait aider à régler. Parmi ces complications, on peut retrouver le diabète, l'hypertension, les problèmes articulaires ou l'apnée du sommeil.

Avant d'avoir accès à une opération, ces personnes doivent aussi avoir essayé, sans succès, de perdre du poids grâce à un suivi diététique et sportif, et cela durant plusieurs mois.
Bien sûr, ces personnes ne doivent présenter aucune contre-indication quant à une prise en charge chirurgicale et une anesthésie générale.

Le processus de l’intervention

Ce processus, qui peut être plus ou moins long, se déroule en plusieurs étapes que nous décrivons à la suite.

La prise de décision
Si vous pensez entrer dans tous les critères cités ci-dessus, vous devez vous orienter vers votre médecin traitant avant de prendre une quelconque décision. Il vous est également possible d'en parler à un nutritionniste ou à un psychologue, bref à toute personne qui pourra vous écouter et vous diriger vers une équipe spécialisée dans la chirurgie de l’obésité.
Ces spécialistes vont déterminer s'il est possible de recourir à une intervention chirurgicale. Si tel est le cas, la personne que vous aurez vu vous expliquera plus en détail la procédure et vous fera suivre un bilan de santé général avant de vous orienter vers une préparation au vu d'une intervention future. Dans le cas où vous n'êtes pas concerné pas une opération, le spécialiste vous proposera un autre type de solution à votre problème qui ne soit pas chirurgicale.

La préparation
Avant l'opération elle-même, il vous faudra voir différents professionnels de santé spécialistes des problèmes d'obésité. Ceux-ci seront chargés de vous donner des informations complémentaires mais aussi de procéder à divers examens ayant pour objectif de définir votre état de santé et de traiter les problèmes de santé dont vous pourriez souffrir.
De plus, ces spécialistes devront établir un bilan psychologique de façon à vous orienter vers une prise en charge psychothérapeutique s'il semble que vous aillez besoin de ce soutien.
Ils devront également dresser un bilan complet de votre hygiène de vie. Suite à cela, il vous sera conseillé de mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires dans votre vie et de suivre une activité physique régulière adaptée.
Enfin, il pourra vous être proposé de rencontrer d'autres patients ayant déjà été opérés, afin de discuter avec eux de la façon dont s'est déroulé leur opération et la manière dont ils le vivent au quotidien.

Décision de l'intervention
Suite à la phase de préparation que vous avez suivie, l'équipe pluridisciplinaire pourra statuer sur la possibilité d'une intervention.

Trois cas vont alors se présenter :

  • L'équipe considère l'opération comme envisageable et vous informe sur la technique chirurgicale qui a été choisie pour votre cas. Si votre volonté de vous faire opérer est toujours forte, une date pour votre opération sera établie et l'équipe se mettra en relation avec la caisse d'assurance maladie afin d'obtenir son accord.
  • L'équipe considère que votre préparation n'a pas été suffisante et il vous faudra alors suivre une préparation supplémentaire au bout de laquelle l'équipe pluridisciplinaire pourra de nouveau statuer et prendre une décision.
  • L'équipe considère que l'intervention n'est pas une option envisageable pour vous et vous expliquera pourquoi. Une autre solution non chirurgicale vous sera alors proposée.

L'intervention
L'opération utilise, dans la plupart des cas, la technique de cœlioscopie qui réduit la douleur et assure une reprise des activités normales du patient plus rapidement après l'intervention. Il est néanmoins nécessaire, dans certaines situations, de procéder à l'ouverture de l'abdomen. Tout cela se passe évidemment sous anesthésie générale.

L'hospitalisation peut s’établir sur une période de 2 à 10 jours suivant le type d'opération réalisée et la capacité de récupération de la personne. Cette période peut être prolongée si le patient présente des complications. Une deuxième opération peut alors être envisagée. Suite à l'opération, le patient se verra prescrire des anti-douleurs pour lutter contre la douleur liée à ce type d'intervention.

La vie après l'intervention
Après l'opération, de nouvelles habitudes sont à prendre.
Tout d'abord, il est important de commencer par ne manger que des aliments liquides puis mixés en purée. Petit à petit, vous pourrez réintroduire des aliments solides.
De plus, il vous faudra suivre les conseils suivants :

  • Ne mangez que de petites quantités et pensez à bien mastiquer,
  • Vos repas doivent se faire de façon sereine, assis et sans perturbations extérieures,
  • Stopper votre repas dès que la sensation de faim disparaît ou dès que vous ressentez des tiraillements digestifs,
  • Ne consommez aucune boisson durant le repas,
  • Suivez une alimentation équilibrée afin de ne pas subir de carences et d'accompagner votre perte de poids. Évitez les boissons sucrées mais aussi les aliments en sauce ou frits, évitez également les aliments trop gras et les sucreries.
  • Consommez suffisamment de protéines. Celles-ci peuvent provenir de la viande, du poisson, des œufs ou des produits laitiers.

Si vous suivez ces conseils vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que l'intervention apporte les résultats escomptés.
La perte de poids sera alors rapide dans les premiers mois avant de se ralentir progressivement. Au bout de 12 à 18 mois, la perte de poids est maximale. Les problèmes liés à l’obésité, tels que le diabète ou l'hypertension, devraient également diminuer.

Enfin, si vous voulez conserver les profits de l'opération, il vous faudra conserver les bonnes habitudes alimentaires que vous aurez prises et vous devrez pratiquer une activité physique.
Il vous faudra également rencontrer régulièrement l'équipe pluridisciplinaire qui vous a suivi de façon à ce que celle-ci s'assure de votre état de santé, de votre progression et adapte votre médication suivant votre cas.

Commentaires

Brigitte le 08/02/2017

En fait, il a fallu 2 ans car après une opération bypass, il faut attendre que le poids se stabilise. Or, avant l'intervention, je pesais 160 kilos ! Pour 80 aujourd'hui. Donc, cela m'a pris un peu de temps pour obtenir l'aval des médecins pour concevoir. Chaque cas est différent je suppose.

Julia le 08/02/2017

Pourquoi avoir attendu 2 ans avant de faire le bébé ? Moi, j'ai déjà reçu l'accord du chirurgien, alors ça me paraît bizarre.

Cliquez ici pour afficher tous les commentaires

Brigitte le 08/02/2017

Dans mon cas, je n'ai eu aucun problème. Ma grossesse a été très bien encadrée, j'ai pris 17 kilos, mais j'en ai perdu 23, en 4 mois après l'accouchement. Par contre, j'ai dû attendre 2 ans après la chirurgie de l'obésité avant de concevoir.

Julia le 08/02/2017

Bonjour, j'ai été opérée d'une sleeve, il y a un an environ. Mais, avec mon mari, nous voulons faire un enfant et cela me fait peur. Je ne sais pas si je vais pouvoir reperdre le pois pris pendant la grossesse. Est-ce que je pourrais continuer à maigrir ?

Moussa le 08/02/2017

Dans mon cas, je suis passé par un Sleeve gastrique et j'ai perdu 37 kilos. Ma santé s'est améliorée et je vis mieux. Si cela était à refaire, je le referais sans hésiter.

Alexandre le 07/02/2017

Bonjour, moi j'ai été opéré par bypass il y a 6 mois et je suis vraiment content des résultats. 45 kilos en moins, je suis transformé, je n'ai plus mal au dos ou aux genoux et je peux me rhabiller avec des vêtements que je trouve dans des magasins normaux.

Charlotte le 07/02/2017

N'écoute pas les racontars, j'ai un anneau gastrique depuis plusieurs mois et ça ne se voit pas du tout. J'ai perdu 30 kilos grâce à l'intervention, donc c'est une solution qui pourrait te convenir aussi. Bien sûr, si tu arrives à perdre du poids sans te faire opérer, c'est toujours mieux !

Marie-Lou le 06/02/2017

Ce qui m'inquiète dans l'opération pour l'anneau gastrique, c'est que j'ai entendu dire que le système, relié à l'anneau, était trop voyant. Ca ne m'attire pas beaucoup.

Sophie le 06/02/2017

Si tu as 40 kilos à perdre, pourquoi ne pas te tourner vers la pose d'un anneau gastrique ? C'est une opération moins invasive que le bypass, par exemple.

Marie-Lou le 06/02/2017

Certains d'entre vous ont ils eu recours à une chirurgie de l'obésité pour perdre du poids ? Je suis intéressée par une opération, j'ai commencé un régime hypocalorique et j'ai perdu 2 kilos, mais j'en ai 40 de trop encore.