DHEA : alliée minceur ?

Derrière ce sigle bien connu se cache un nom scientifique bien compliqué : la déhydroépiandrosterone. Cette hormone a suscité un certain engouement il y a quelques années et il est difficile de ne pas en avoir entendu parler. Son action, pour lutter contre les effets du vieillissement, a suscité l’intérêt du public et a rendu son nom populaire. Mais voilà, quelques années après, la DHEA s'est faite discrète. La faute à un débat houleux, autour de son utilisation.

La DHEA, comment ça fonctionne ?

La DHEA est une hormone produite naturellement par l'organisme par l'intermédiaire des glandes reproductrices et surrénales. Mais cette production s'amenuise au fur et à mesure du vieillissement de l'individu. Une jeune personne présentera donc généralement un taux de DHEA élevé alors qu'une autre, âgée par exemple de 70 ans, ne produira plus que 20 % du taux de sa jeunesse.

Sans connaître exactement les mécanismes d'action de cette hormone, certains scientifiques l'ont considérée comme un marqueur du vieillissement et ont décidé de l'expérimenter sur les animaux puis les humains. Résultat, en l'an 2000, une étude est publiée et provoque un raz de marée médiatique autour de ses conclusions : la DHEA pourrait freiner le vieillissement et réduire l'apparition de nombreux problèmes de santé qui lui sont liés. C'est sans doute cette étude, en provoquant une telle réaction, qui a rendu le nom de la DHEA si populaire.

Le débat, autour de la DHEA

Or, à peine une année après, un front, composé de l'Afssaps, du ministère de la santé et des conseils de l'Ordre des médecins et des pharmaciens, a effectué une levé de bouclier en France contre la prescription et l'utilisation de DHEA. Leur argument : au nom du principe de précaution, l'usage de cette hormone est fortement déconseillé. Selon eux, la DHEA pourrait présenter des risques, notamment dans le développement de certains cancers hormono-dépendants comme celui du sein ou de la prostate. Cette hormone pourrait également provoquer des cas d’hirsutisme chez les femmes et des poussées d’acné. De plus, pour ces scientifiques, la DHEA n'aurait pas de véritable efficacité.

Sur ces affirmations, le front « anti-DHEA » a donc détruit la réputation de la DHEA et a refusé de financer des recherches plus approfondies. C'est pourquoi, depuis cette époque, les informations concernant cette hormone se sont taries et il est très difficile, en France, de trouver un médecin qui prendra le risque de la prescrire. La DHEA est bloquée dans une situation paradoxale. Elle n'est pas illégale mais les médecins sont dissuadés de l'utiliser sur leurs patients.

Alors qu'en France, la DHEA est, semble-t-il, tombée dans l'oubli, aux États-Unis, la situation est différente. La DHEA y est en vente libre et la population est beaucoup plus ouverte à son utilisation. La Food and Drug Administration (FDA) surveille d'ailleurs ce produit depuis 10 ans sans avoir noté de relations entre la consommation de DHEA et l'augmentation des risques de cancers ou autres effets secondaires.

DHEA

L'efficacité de la DHEA

Malgré la controverse qui se déroule en France, des études ont été menées et semblent aboutir à une réelle efficacité de la DHEA. De plus, les patients qui suivent ce genre de traitement semblent ressentir une véritable amélioration de leurs conditions de vie. Cette hormone pourrait donc vraiment aider à protéger l'organisme contre les effets du vieillissement.

Elle aurait notamment un effet de protection contre le développement des maladies cardio-vasculaires et permettrait de réduire légèrement la quantité de masse adipeuse dans l'organisme. La DHEA aurait également des vertus pour protéger l'intégrité de la masse musculaire qui subit une fonte rapide lorsqu'une personne vieillit. Elle serait également efficace pour lutter contre les effets de la ménopause et pourrait améliorer la libido chez les femmes.

Mais ce n'est pas tout car la DHEA aurait la faculté d'améliorer la sensibilité à l'insuline et donc de lutter contre le diabète. On recense également un impact positif sur l’élasticité de la peau et sur la disparition des tâches de vieillesse. Enfin, et bien que ce ne soit pas l'avis de l'Afssaps, la DHEA pourrait bien avoir un rôle protecteur contre l'apparition de certains cancers.

Tous ces résultats positifs ont surtout été obtenus sur des patients assez âgés et présentant de faibles taux de DHEA. Ce qui suggère que l'efficacité d'un traitement avec cette hormone serait surtout utile aux plus vielles personnes. Mais il existe également quelques études, sur des individus plus jeunes, qui semblent attester d'un impact positif. Par exemple, son administration chez de jeunes athlètes aurait contribué à la réduction des courbatures, sans doute grâce à un effet de protection musculaire.

La DHEA est-elle dangereuse ?

Bien sûr, il est également possible de trouver des études qui tendent vers des résultats nuls concernant l'utilisation de la DHEA. Mais certaines de ces études sont critiquables et incluent des patients dont le taux de cette hormone serait encore élevé. Difficile de faire le tri donc. En France, les avis sont plutôt négatifs mais aux États-Unis, de nombreux scientifiques ont un avis contraire.

À l'heure d'aujourd'hui, à part quelques cas particuliers, il n'a pas été recensé de risques particuliers à la prise de DHEA. En effet, il existe des personnes déjà atteintes de cancer de la prostate chez qui la prise de cette hormone aurait pu accélérer le développement de la maladie. Mais ces malades prenaient également d'autres médicaments et il est impossible de déterminer précisément si la DHEA a joué un rôle. Il existe également quelques cas d'hirsutisme chez des femmes ayant pris des doses particulièrement élevées. Mais cela concerne donc une situation de surdosage.

Pourtant, difficile de ne pas prendre des pincettes en parlant de DHEA. Les résultats des études semblent intéressants et peu de risques ont véritablement pu être démontrés. Mais ces études manquent un peu de recul et il faudra sans doute attendre un peu avant que ces résultats soient plus nets. Il faudra pour cela que les financements soient à la hauteur, or cela risque de s'avérer difficile dans certains pays comme la France.

Acheter de la DHEA

Après avoir lu tout cela, vous vous sentez peut-être attiré par l'achat de DHEA afin de profiter des possibles effets positifs que cette hormone pourrait avoir sur votre organisme. En effet, la promesse d'être plus en forme, de vous sentir mieux, de perdre un peu de poids et d'avoir une meilleure peau est alléchante. Mais il existe plusieurs mises en garde sur l'utilisation de la DHEA.

Premièrement, sachez qu'il est difficile de trouver un médecin qui acceptera de vous en prescrire en France. Certains pourraient donc être tentés de passer par un circuit moins « classique » pour obtenir une médication. Mais attention, l'achat de produits de ce type, hors du marché pharmaceutique légal, n'est pas sans risque. Ces produits peuvent être des contrefaçons et pourraient contenir des ingrédients toxiques. De plus, il vaut mieux pouvoir bénéficier d'un suivi médical lorsqu'on se lance dans ce genre d'expérience avec les hormones.

Deuxièmement, la DHEA est considérée, par certains scientifiques, comme une molécule efficace pour lutter contre le vieillissement, mais seulement sur les personnes âgées et ayant un faible taux de DHEA. Dans leur cas, la prise de cette hormone pourrait se justifier. Mais pour les autres, ça n'aurait pas vraiment d’intérêt. Inutile, par exemple, d’espérer utiliser la DHEA pour améliorer votre ligne. Vous prendriez sans doute des risques pour rien.

Commentaires

Par Mag le 13/09/2016

Oui, pour la musculation c'est pas top. C'est si tu as plus de 40 ans car ça diminue avec l'age. Donc tu compenses. Les sportifs ne prennent pas ça. Et c'est vrai qu'on en entend plus trop parler de la DHEA. Etrange.

Par Tim le 12/09/2016

Pour ma part, j'en ai pris pour prendre du muscle, car c'est un anabolisant. Cela n'a pas donné grand chose surement car je suis jeune. Pour les vieux ça doit aider vu les commentaires ci-dessous, à être en bonne forme. Mais pour le sport, ce n'est pas ce qu'il faut.

Cliquez ici pour afficher plus de commentaires

Par Frimousse le 06/10/2015

A 59 ans, j'ai commencé un traitement de DHEA, et en quelques semaines, j'ai changée du tout au tout. Je sais que ce n'est pas subjectif car j'étais épuisée, lasse, au bout du rouleau, écrasée physiquement et mentalement. J'avais tout essayé, les vitamines, le ginko, les baies de ci et ça, résultat des courses, sans une vitamine C 1000 chaque jour, j'étais anormalement fatiguée, alors que bilans sanguins parfaits. Donc avec la Dhea, je dors mieux, vais globalement mieux, ma peau est plus belle et je retrouve les muscles de mes bras et suis très active comme lorsque j'avais 40 ans. Voilà, je voulais juste dire que vivre pour se trainer, c'est non ! Je suis suivie par mon médecin généraliste avec confiance, et nous verrons bien, j'ai également beaucoup moins faim, et perdu deux kilos, car plus aucun stress. Je déplore qu'on ait arrêté les recherches sur la Dhea quoique certains pays continuent. C'est un anabolisant, certes, mais si on respecte la dose prescrite, sans dépassement et qu'on est suivi médicalement, je ne vois pas ou est le problème. Je n'en vois actuellement que les bienfaits. Je précise en avoir pris suite a la rencontre d'une amie de 80 ans qui en prend depuis plus de dix ans, et se porte comme un charme, toujours très alerte. En espérant que mon expérience servira à quelqu'un. Aux States, beaucoup de gens du Troisième âge prennent de la Dhea, et semble-t-il, s'en portent bien mieux qu'avant depuis de longues années. Je reviendrais en parler plus tard mais c'est déjà un très bon début!

Fitadium seche

© 2009-2018 Aideregimes.com | Contact | Copyright | Qui sommes-nous ?