Savoir décrypter les étiquettes ?

Avant d'acheter un produit, il est d'une importance capitale de savoir déchiffrer sa carte d’identité, c'est-à-dire son étiquette. C'est là qu'il est possible de trouver toutes les informations susceptibles de vous orienter dans votre choix comme la quantité de nutriments, de calories, mais aussi la liste des ingrédients. Or, pour maigrir, vous devez savoir ce que vous mangez, il ne suffit pas d'acheter les yeux fermés. Mais avant de jeter un œil aux étiquettes, Il faut savoir comment les décrypter, car certaines notions ne sont pas simples à saisir au premier abord.

Décrypter les étiquettes

L'étiquette d'un produit doit obligatoirement présenter certaines mentions.

La quantité nette du produit

Cette indication vous permet de connaître la quantité réelle de l'aliment sans son emballage.

La liste des ingrédients

La loi oblige le fabricant à présenter les ingrédients par ordre d'importance décroissante. En somme, l'ingrédient, dont la quantité est la plus grande dans le produit, sera le premier de la liste et ainsi de suite jusqu'à l'ingrédient dont la quantité est la moins importante. C'est un détail très pratique pour savoir exactement ce qui domine dans l'aliment.

Le tableau nutritionnel

Il vous indique le nombre de calories pour une quantité de 100 grammes ou de 100 millilitres. Il présente également la quantité de chaque nutriment : glucides, protéines, lipides. Un grand nombre de calories dans l'aliment correspond généralement à une haute teneur en lipides, voire en glucides. Ce tableau vous permet aussi de reconnaître les faux produits allégés car certains prétendent être allégés en sucres (glucides) et donc en calories alors que, lorsque vous regardez l'étiquette, vous comprenez qu'ils sont aussi enrichis en graisse et donc tout aussi caloriques qu'avant, voire plus.

Régime

La date de consommation limite

La DLC ou Date Limite de Consommation, souvent mentionnée sous la forme suivante “à consommer jusqu'au”, définit la date à partir de laquelle le produit ne doit plus être consommé sous peine d'être dangereux pour la santé. La DLUO ou Date Limite d'Utilisation Optimale, aussi mentionnée sous la forme “à consommer de préférence avant le”, stipule simplement la date à partir de laquelle le produit risque d'être moins bon au goût et moins intéressant d'un point de vue nutritif. Par contre, il ne présentera pas de risque pour la santé.

Les indications de traçabilité

L'emballage doit présenter le numéro du lot de fabrication ainsi que le nom et l'adresse du fabricant.

Les allégations nutritionnelles

De plus en plus de produits présentent des mentions qui mettent en avant une des caractéristiques du produit. Mais attention, cela peut déguiser d'autres spécificités moins glorieuses.

Un des plus connu est le “allégé en...” qui indique une réduction de 25 % d'un ingrédient comme le sucre ou la matière grasse par rapport au produit standard. D'autres mentions mettent plutôt en avant la présence d'un élément en particulier comme l'allégation “riche en...” si le produit contient plus de 20 g de cet élément pour 100 g de produit.

Régime compliqué

Ces indications peuvent être des guides pour choisir les produits, mais elles peuvent être trompeuses. C'est le cas de l'allégation “sans sucres ajoutés” qui laisse croire que le produit ne contient pas de sucre. En réalité, il contient les sucres naturels des ingrédients. Il n'y a simplement pas d'autres sucres rajoutés à la recette. De même, les allégations “sans sucre” ou “à teneur réduite en matière grasse” sous-entendent que le produit est peu calorique, alors que ce n'est pas forcément vrai. Attention donc à ne pas vous laisser berner.

Les additifs alimentaires

Ces ingrédients spécifiques sont ajoutés aux aliments industriels dans différents buts. Ils sont mentionnés avec la lettre E pour Europe et un numéro à 3 chiffres.

  • Les colorants sont toujours compris entre E100 et E199.
  • Les conservateurs, de E200 à E299, sont utilisés pour prolonger la durée de vie du produit en limitant la prolifération des bactéries.
  • Les antioxydants, de E300 à E321, réduisent l'oxydation de l'aliment et donc sa dégradation.
  • Les émulsifiants, épaississants et gélifiants sont compris entre E400 et E499. Les premiers améliorent la liaison entre les ingrédients et les autres modifient la texture.
  • Les acidifiants sont présentés entre E500 et E599.
  • Les exhausteurs de goût, qui soutiennent la saveur des mets, sont compris entre E6600 et E699.
  • Et enfin les édulcorants, à partir de E900, apportent un goût sucré.

Normalement, les additifs ont été testés en laboratoire pour déterminer s'ils peuvent être consommés en toute sécurité. Les études permettent de déterminer une quantité admise avec laquelle un être humain ne courra aucun risque. Cependant, ces études ne tiennent pas compte de l'ingestion de plusieurs additifs en même temps et ne considèrent pas l'accumulation d'un additif lorsqu'il est consommé à travers plusieurs produits différents. Il faut donc rester vigilant car les effets sont alors méconnus. Le plus prudent est d'ingérer le moins d'additifs possibles.

Les labels alimentaires

Ils servent à mettre en avant des produits qui respectent une certaine qualité, une origine spécifique ou des normes de fabrication.

  • Les AOC garantissent l'origine du produit et un certain savoir-faire.
  • Les AOP sont les équivalents européens des AOC.
  • Le Label Rouge met en avant une qualité supérieure de l'aliment par rapport à son équivalent sans label.
  • Le label AB, ou Agriculture Biologique, garantit que 95 % des ingrédients du produit sont originaires de l'agriculture biologique.
  • L'IGP indique l'origine géographique de l'aliment à l'un des stades de sa fabrication.
  • Le STG, ou Spécialité Traditionnelle Garantie, spécifie le respect d'un mode de fabrication traditionnelle sans qu'il soit question d'origine.
  • Il existe également des produits CCP, ou certifiés, qui respectent certaines règles et recommandations durant les étapes de leur fabrication mais qui sont soumis à des exigences moindres qu'un produit Label Rouge, par exemple.
  • D'autres logos sont également visibles comme la dénomination « montagne » qui garantit un processus de production effectué à plus de 700 mètres d'altitude ou le « produit pays » qui indique un aliment produit en Outre-Mer.
  • Attention aux logos du type « produit de l'année » car ils indiquent seulement que le produit a été élu parmi un panel sélectionné et par un organisme privé. Ce sont souvent des « tests » payés par le producteur du produit lui-même.

Commentaires

Oliver le 09/02/2017

Merci pour votre article qui m'a permis de changer la façon dont je faisais mes courses. Avant, je jetais juste les produits dans le chariot. Maintenant, je prends un peu plus de temps pour scruter les étiquettes et choisir les bons aliments.

Nadine le 09/02/2017

Bonjour, je trouve compliqué de devoir regarder tous ces détails sur les emballages avant d'acheter. Je n'ai pas envie de passer ma journée dans le magasin !

Cliquez ici pour afficher tous les commentaires

Aiderégimes le 09/02/2017

Bonjour Nadine. Au début, décrypter les étiquettes peut sembler laborieux, en effet. Mais, au fur et à mesure que vous en prendrez l'habitude, vous identifierez beaucoup plus rapidement ce qui va et ce qui ne va pas avec le produit, en regardant son étiquette. Cela vous prendra donc moins de temps. De plus, une fois que vous saurez quel produit acheter et quel autre laisser, faire vos courses sera aussi rapide qu'avant.

Delphine le 09/02/2017

Bonjour ! C'est vrai que faire ses courses en étant plus vigilant finit par devenir une habitude et ça ne pose plus de problème. Par contre, cela demande un petit effort au début.

Thomas le 09/02/2017

Les additifs alimentaires, il y en a tellement ! Dans certains produits, il y en a tout une liste, ça fait peur !

Aiderégimes le 08/02/2017

Bonjour Thomas. Effectivement, les produits industriels peuvent contenir de nombreux additifs. Comme l'effet de leurs interactions est peu connu, mieux vaut donc choisir les produits qui en contiennent le moins, voire pas du tout.

Julie le 08/02/2017

Merci pour la précision sur la date de consommation limite. J'ai toujours un doute si je peux consommer un aliment lorsqu'elle est dépassée. Mais, en fait, cela dépend si c'est une DLUO ou une DLC, tout simplement.

Marion le 08/02/2017

Salut à tous ! Avant d'entreprendre mon régime, je pensais qu'il me suffirait de manger un peu moins et que ça serait suffisant. Mais, je me suis rendu compte, comme le dit l'article, qu'il vaut mieux savoir ce que l'on mange. Et pour ça, il n'y a pas le choix, il faut lire les étiquettes. Depuis que je le fais, j'ai pris conscience que certains aliments sont vraiment mauvais pour moi.

Yannick le 07/02/2017

Comment faire lorsque vous achetez un produit sans étiquette. Par exemple, chez un artisan boulanger ou un boucher ?

Aiderégimes le 07/02/2017

Bonjour Yannick. La composition générale des aliments est assez facile à trouver sur internet. Pour la composition précise d'un pain que vous achetez chez un boulanger ou une terrine chez un boucher, le mieux est de demander directement à la personne concernée : l'artisan lui-même, ou son vendeur. Normalement, il doit être en mesure de vous indiquer la composition exacte de son produit.

Fitadium seche

© 2009-2018 Aideregimes.com | Contact | Copyright | Qui sommes-nous ?