La gastrectomie

Cette opération, appelée plus couramment « sleeve gastrique » est une technique proposée aux personnes souffrant d'une grave obésité et qui consiste en l'ablation d'une grande partie de l'estomac afin de réduire la quantité de nourriture que le patient pourra consommer avant d'être rassasié. Le patient ne pouvant plus manger autant, son organisme sera dans l'obligation de mobiliser ses réserves sous forme de lipides ce qui entraînera un amincissement de la personne.

Les conditions pour obtenir une gastrectomie

L'intervention ne peut être proposée qu'aux personnes obèses présentant un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 40 et ayant au minimum 45 kilos de poids en surplus par rapport à leur poids idéal.
La gastrectomie concerne également les patients possédant un IMC de 35 à 40 et souffrant d'une maladie liée à l’obésité comme le diabète, l'apnée du sommeil ou l'hypertension.

Cette technique est souvent réservée aux personnes à qui on ne peut pas proposer d'autres solutions chirurgicales, à cause d'un poids trop élevé. On l'utilise donc plus souvent pour traiter des patients ayant un IMC de plus de 40.
Le patient doit être bien conscient de la teneur de cette opération qui n'est pas réversible : il faut donc bien y réfléchir avant de se décider.

L'opération

Avant l'opération, le patient subit une anesthésie générale afin de l'isoler de la douleur et de le rendre inconscient.
L'intervention se fait sous cœlioscopie ou laparoscopie, c'est à dire que le chirurgien insère une caméra de taille minuscule à l’intérieur du ventre du patient afin de l'opérer en voyant l'intérieur sans avoir à ouvrir entièrement l'abdomen. Ceci permet de réduire l'impact de l'opération sur la douleur du patient et de minimiser les cicatrices.

Le chirurgien pratique donc de petites incisions au niveau de l'abdomen puis y passe la caméra reliée à un moniteur vidéo à travers lequel il pourra regarder l'intérieur de l'abdomen du patient. Il pourra ainsi bouger les instruments qu'il aura passé à travers les autres incisions.

Le chirurgien va alors découper 80% à 85% de l'estomac du patient en suivant une ligne courbe verticale. Lorsque l'ablation est terminée, la partie restante de l'estomac est refermé par agrafes chirurgicales de façon à fabriquer un large tube là où se trouvait l'organe original, beaucoup plus grand.

L'opération en elle-même peut être relativement rapide et ne prendre qu'une heure, voire une demi-heure suivant le chirurgien. De plus, elle ne concerne que la poche de l'estomac et non l'entrée ou la sortie de celui-ci.

Laurent Ournac : “J'ai eu une sleeve gastrectomie, une ablation de 70 à 80 % de l'estomac.

Les avantages de la gastrectomie

La gastrectomie est une opération efficace pour traiter l’obésité lorsque le patient souffre d'une grave obésité et n'a pas réussi à maigrir en essayant de manger moins et en pratiquant une activité physique. C'est une technique qui peut être tentée là où d'autres ne peuvent être proposées.
La perte de poids moyenne est estimée à 60% du poids excédentaire sur 5 années.

Grâce à la sleeve gastrique, l'estomac est réduit et le patient se sent rassasié très rapidement après avoir ingurgité une quantité limitée de nourriture. Ce qui entraîne, logiquement, une perte de poids rapide.
L'opération est effectuée par laparoscopie, une technique peu invasive qui réduit les conséquences négatives d'une opération et les risques d'infections.
Ce type d'intervention permet de perdre suffisamment de poids pour réduire voir éliminer les maladies qui sont liées à l’obésité comme l'hypercholestérolémie, le diabète, l'apnée du sommeil, l'hypertension etc.

La gastrectomie n'aboutit pas au maintien d'un corps étranger dans le corps du patient comme le demande la gastroplastie par anneau gastrique modulable.
Il y a moins de risque de vomissement après l'opération que lors d'une gastroplastie.
L'intervention par gastrectomie diminue l'émission par le corps de ghréline, une hormone qui stimule l'appétit du patient. Moins de ghréline signifie donc que le patient aura moins d'appétit après l'opération.

En résumé, la gastrectomie est une technique relativement peu invasive qui possède une certaine efficacité et peut être tentée là où d'autres technique ne sont pas envisageables.

Les inconvénients de la gastrectomie

C'est une technique irréversible. Une fois qu'une grande partie de l'estomac a été retirée, le patient conserve un estomac réduit. Cependant, celui-ci peut se dilater au bout de 3 à 4 ans, réduisant l'efficacité de l'opération.
Les patients qui présentent un IMC vraiment trop élevé sont quelques fois obligés de passer par une seconde opération comme un bypass pour continuer à perdre du poids.

Ce genre d'opération doit être accompagnée d'un changement d'hygiène de vie. C'est à dire que le patient doit s'habituer à manger autrement, mieux équilibré et pratiquer une activité sportive régulière. C'est une condition indispensable pour que le patient profite de l'efficacité de l'opération et conserve sa perte de poids à long terme.

La gastrectomie peut augmenter le risque d'avoir des calculs biliaires et il est possible que le chirurgien conseille l'ablation de la vésicule biliaire grâce à une cholécystectomie, pour régler le problème.

Comme toute opération la gastrectomie comporte des risques. Certains organes peuvent être lésés pendant l'intervention, par exemple. La partie agrafée de votre estomac peut également comporter des fuites.
De plus, il faut savoir que quelques conséquences négatives peuvent apparaître après l'opération. La cicatrice peut, par exemple, conduire à une obstruction du système digestif dans l'avenir. Il existe également des risques de reflux gastrique ou d'inflammation de l'estomac. Et, même si la dénutrition (carences en certains nutriments) et les vomissements sont moindre que dans d'autres opérations ils peuvent bel et bien être présents.

Le coût de l'intervention

Le prix d'une gastrectomie peut varier d'un chirurgien à un autre mais il est généralement de plusieurs milliers d'euros. Si le dossier a bien été accepté par la sécurité sociale au moment de la préparation à l'opération, le coût sera pris en charge. Pour cela, il faut cependant que l'IMC du patient soit supérieur à 35 pour que la sécurité sociale accepte de prendre l'opération en charge.

Cependant, les chirurgiens et les anesthésistes pratiquent des dépassements d'honoraires qui ne sont pas pris en compte par la sécurité sociale et il vaut donc mieux se mettre en relation avec sa mutuelle pour connaître les taux de remboursements sur ces frais là. Il est quelque fois judicieux de payer un peu plus cher sa mutuelle afin de profiter de l’échelon supérieur en terme de remboursement d'honoraires quelques temps avant l'intervention elle-même.

Il existe également des assurances pour l'hospitalisation qui s'occupent de rembourser les frais non pris en charge par les organismes de sécurité sociale et de mutuelle.

A propos de l'auteur

Amélie, diététicienne, coach sportif, pratiquante de fitness de longue date. Bénéficiez gratuitement de mes conseils et retrouvez rapidement votre poids idéal !

© 2009-2020 Aideregimes.com | Contact | Copyright | Qui sommes-nous ?