Mangeons-nous trop de viande ?

Riche en fer, source de protéines de bonnes qualités… Les arguments ne manquent pas pour définir la viande comme incontournable à la santé.

Aujourd’hui en France, avec 38kg par an et par habitant, la viande est l'aliment le plus consommé. Agneau, bœuf, côtes ou gigot… on en retrouve toute une palette pour le plus grand plaisir des papilles. Mais à quel prix ?

Des risques pour la santé !

Si un apport quotidien en matières animales présente de nombreux bienfaits sur l’organisme, de nombreuses maladies telles que l’hypercholestérolémie, l’hypertension-artérielle, le diabète de type 2, les troubles cardio-vasculaires sont associées à une consommation excessive de viande.

Des recherches ont également fait le lien avec certains cancers notamment celui de l’intestin dont les végétariens seraient moins sujets. En Angleterre, une étude a également prouvé que les carnivores comparés aux végétariens couteraient beaucoup plus cher au système de santé. Une autre en Chine réalisé sur 800.000 individus a démontré que les maladies chroniques sont moins présentent chez les mangeurs de fruits et légumes.

La viande constitue en outre un repère de bactéries à l’origine de la majeure partie des toxi-infections alimentaires (E. Coli, Salmonella…). De plus, l’utilisation d’hormones et d’antibiotiques lors de l’élevage, récemment interdite, contribuerait à rendre chez l’homme inefficace les traitements par antibiotiques.

Des risques pour l’environnement !

L’augmentation de la production de viande liée directement à la hausse de la demande a également des effets non négligeables sur notre très chère planète. L’élevage d’animaux coûte énormément à l’environnement: déforestation, gaspillage et pollution des eaux, émission de dioxyde de carbone, pluies acides… A l’échelle mondiale, la production de bétail contribue plus au réchauffement climatique que la circulation des automobiles.

Repas chrono

Face une telle situation, des mesures ont été prises: pour le bien-être de l’humain les autorités de santé recommandent une consommation de produits carnés n’excédant pas une à deux fois par jour. Le Centre d’Information des viandes préconise d’en manger dans la limite de 500 grammes par semaine pour la viande rouge cuite et 300 grammes en ce qui concerne les viandes transformées (bacon, steak…).

Des restaurants de collectivités dans certains pays comme la Belgique, ont instauré la journée « Veggie », lors de laquelle tous les menus proposés ne contiennent que fruits et légumes.

Malgré les divers enjeux causés par une alimentation privilégiant viande, œuf, lait, les matières animales restent une source en micronutriments indispensables à notre organisme. Les exclure totalement de l’alimentation n’est pas une solution idéale pour la santé.

A propos de l'auteur

Amélie, diététicienne, coach sportif, pratiquante de fitness de longue date. Bénéficiez gratuitement de mes conseils et retrouvez rapidement votre poids idéal !

© 2009-2020 Aideregimes.com | Contact | Copyright | Qui sommes-nous ?